Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de notre famille, des amis et de tous les autres curieux ... Le blog relate nos voyages au Maroc, en Mauritanie, au Mali, en Afrique du Sud et en Namibie. En cours, un long séjour dans neuf pays d'Amérique du Sud ...

18 Sep

De Hambourg à Dakar.

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Objectif AmSud

 

Après les escales européennes, la traversée démarre réellement lorsque nous quittons Hambourg. Pour cela il faut attendre jusqu’à une heure du matin mais le spectacle offert vaut largement la petite attente nocturne. Une fois le pilote du port monté à bord, l’énorme porte arrière du Grande Nigeria se ferme lentement et un remorqueur vient  prendre en charge notre navire.

De Hambourg à Dakar.

 

Les amarres larguées, le navire s’éloigne lentement du quai pour regagner le cours de l’Elbe et traverser tout le centre-ville puis l’avant-port.

 

Le lendemain matin au réveil nous sommes sortis de l’Elbe et nous nous dirigeons vers l’Afrique. Notre route passe par la Mer du Nord, la Manche, le golfe de Gascogne puis le long des côtes portugaises, marocaines et mauritaniennes.  Nous atteignons Dakar le 11 septembre après sept jours de navigation. L’arrivée s’est faite de nuit pendant notre sommeil et c’est le matin que nous découvrons le port et la ville, sous la chaleur moite de l’hivernage.

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

L’ambiance des quais est bien différente de celle d’Hambourg. Il y a beaucoup plus de dockers et autres agents du port mais disons qu’ils ne sont pas forcément tous très actifs … Et il y a manifestement pas mal d’improvisation à tous les niveaux.
Hier, j’ai vu un marin philippin passer avec deux grands seaux remplis de cadenas. Toutes les portes possibles ont été verrouillées pour prévenir les tentatives de vol et de squat. Les cadenas ne seront enlevés que trois jours plus tard. La raison ? On estime que c’est le temps que mettent généralement d’éventuels clandestins à sortir, poussés par la faim !

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

Enormément de véhicules d’occasion sont descendus sur les quais et vont finir leur carrière en Afrique. Certains sont en très mauvais état, ont un pneu crevé … Les bateaux ne sont pas tous non plus au top …

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

La première rencontre avec des sénégalais dans les couloirs du bateau est très chaleureuse et quand en plus je leur adresse des salutations et quelques phrases en wolof, ils m’embrasseraient presque. 
Il est vrai que cette escale a une saveur particulière pour moi qui ai vécu ici pendant quatre ans, il y a … quarante ans.
Et qui n’y suis pas revenu depuis l’année 2000.
Après ce premier contact, je suis bombardé «guide officiel» de la journée par mes compagnons de traversée. Du port nous montons vers le marché Sandaga à travers les rues commerçantes très animées. La chaleur humide, la poussière, les odeurs, les klaxons, les étals et les marchands à la sauvette … la ville a assez peu changé. Si ce n’était la multiplication des voitures et l’apparition des téléphones portables, je me croirais revenu quarante ans en arrière.

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

Après huit jours de privation, tout le monde est heureux de retrouver de l’Internet au « Jembé », sympathique restaurant proche de la place de l’Indépendance.

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

Nous y dégustons les spécialités locales, «yassa» et «thièp bu djenn» avant de redescendre sur le port. J’y abandonne les copains qui partent découvrir l’Ile de Gorée tandis que je négocie âprement une course dans un taxi hors d’âge à destination de Hann où je pense faire d’une pierre deux coups : retrouver les lieux où j’ai vécu et travaillé autrefois, et chercher deux géocaches (elles sont rares au Sénégal et le hasard en a placé deux ici).

Je suis très bien reçu au lycée où Nickie et moi avons travaillé et je retrouve même un aide comptable qui nous a connus. Mon bureau de «Préfet des études» et les salles de cours sont toujours là mais notre premier appartement au-dessus du restaurant des profs est devenu salle d’informatique !
Quant à la villa que nous occupions ensuite, elle a été détruite et a fait place à d’affreuses constructions. Tous ce qui n’était que no man’s land dans les années 70 a d’ailleurs été urbanisé et il est difficile de reconnaitre le quartier …

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

La balade dans le parc de Hann tout proche va me permettre de débloquer mon compteur géocaching au Sénégal et d’observer une colonie de pélicans avant de regagner le bateau juste avant la sacro-sainte heure du dîner : 18 heures !

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

Alors que le départ était prévu à minuit, c’est seulement à 9h du matin que nous larguons les amarres. Cette fois nous partons donc de jour ce qui nous permet de profiter au mieux de la sortie du port au milieu des pirogues de pêcheurs.

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

Bientôt nous laissons derrière nous les grands immeubles du Plateau et l’Ile de Gorée avec sa Maison des esclaves.

De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.
De Hambourg à Dakar.

 

Au passage nous croisons le Grande Amburgo, sister ship de notre Grande Nigeria, qui, lorsqu’il passe à proximité de l’Ile, permet de mesurer l’échelle de ces navires de treize étages.

De Hambourg à Dakar.

 

En quittant Dakar, nous disons aussi adieu à l’Afrique. Nous sommes partis maintenant pour tracer une longue ligne droite à travers l’Atlantique, cap au sud-ouest, vers le Brésil. Notre arrivée à Vitoria est prévue le 18 septembre après six jours de navigation.

Selon mon GPS nous sommes à 7.000 kms à vol d’oiseau (à nage de poisson ?) de notre but final, Montevideo.

De Hambourg à Dakar.

 

 

  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

AnneBoué 20/09/2018 08:10

Salut Yves! on est contents que le Blog commence ! tu nous manquais
7000km encore à découvrir pour nous
bon reportage et mille merci de partager avec nous
bises
Anne et Jacques

Marketgarden 19/09/2018 07:25

Opé ! Bravo pour ce reportage à Dakar. 2 géocaches "exotiques" à rajouter à ton palmarès. Well Done !
Bonne traversée et à très vite pour la suite de l'aventure.

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de notre famille, des amis et de tous les autres curieux ... Le blog relate nos voyages au Maroc, en Mauritanie, au Mali, en Afrique du Sud et en Namibie. En cours, un long séjour dans neuf pays d'Amérique du Sud ...