Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 Dec

Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Maroc (Automne 2014)

Sidi Ifni bénéficie généralement d’un climat sec et tempéré.

Généralement ... mais là, pendant notre séjour, en deux fois trois jours, il est tombé plus de pluie que dans toute une année normale ! Plus étonnant, un orage a déversé sur la ville des grêlons gros comme de petits œufs à la grande stupéfaction des habitants qui n’avaient jamais vu ça !

Cette première fois, la pluie remplit l’oued, qui coule rarement, submerge le gué qui relie la vieille ville au quartier moderne de Colomina, mais le pont un peu plus loin résiste de même que la route qui mène à Guelmim.

L’oued a coupé la plage en deux et la mer, toute rouge de la terre descendue des montagnes, attire les curieux. Si les pluies ont causé de gros dégâts et fait des victimes vers Guelmim, à une soixantaine de kilomètres, ici la vie poursuit son cours normal et les surfers ne sont même pas perturbés !

Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni

Une grosse inquiétude cependant : le barrage dans la vallée en amont de la ville est plein et un autre épisode pluvieux est annoncé !

Les campings proches de l’oued sont évacués par précaution , mais personne n’imagine l’ampleur de ce qui va suivre…

Des pluies violentes s’abattent sur la région et vers 13 heures le vendredi nous voyons depuis notre fenêtre l’oued gonfler de façon considérable. Il atteint très vite plusieurs centaines de mètres de large et emporte tout sur son passage. Il coulera comme ça pendant 24 heures, charriant des tonnes de pierres, de boue, d’arbres et de branches …

Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni

Le dimanche matin, quand les pluies deviennent plus sporadiques et que l'oued se retire peu à peu, c’est un spectacle de désolation qui se présente à nous qui logeons en surplomb sur la colline : les campings et les quelques maisons construites près de l’oued sont dévastés, le pont et le gué arrachés, le boulevard est méconnaissable, envahi qu’il est par les pierres, la terre, les troncs de palmiers …. La route de Guelmim, construite au bord de l’oued s’est effondrée sous la force du courant.

Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni

Sur la plage, des tonnes de végétaux se sont accumulées, brassées par les grandes marées.

Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni
Automne 2014 : les inondations à Sidi Ifni

Résultat : Sidi Ifni est devenue une ile, coupée du monde extérieur. Comble d’ironie, il n’y a plus de service d’eau et une partie de la ville est privée d’électricité.

Il faudra attendre plusieurs jours pour qu’elle soit rétablie. L’autre conséquence notable, c’est que le ravitaillement n’est plus assuré et rapidement les légumes, le lait, les œufs … disparaissent des étals. Il n’y a plus de bouteilles de gaz ni d’essence. Même le poisson est absent des souks car les pêcheurs ne peuvent plus sortir.

A l’heure où j’écris ces lignes (mardi soir) nul ne prédit quand une route sera rétablie et, même si le débit de l’oued a considérablement baissé, le plus probable est un ravitaillement par mer venant d’Agadir.

Trois gros hélicos de l’armée parent au plus urgent, les gens ramassent le bois échoué sur la plage pour pallier le manque de gaz, la vie s’organise …

Tout le monde fait preuve de calme (c’est le fatalisme musulman, « Mektoub », c’était écrit) et d’une grande solidarité. On nous offre du pain quand il se fait rare et de notre côté, ayant la chance de posséder une citerne de récupération d’eau, nous en faisons profiter les voisines !

Notre voisin Abd er Rahmane, parti vendredi matin travailler à Colomina est rentré hier : il a pu traverser l’oued le long d’une corde, de l’eau jusqu’aux aisselles. Ses trois fils le considèrent comme un héros et nous miment avec de grands gestes l’exploit de leur père !

Quand une camionnette remplie de poulet arrive en ville c’est la ruée et les rues environnantes se remplissent vite des caquètements des pauvres bêtes …

Bref, la vie reprend et le soleil revenu permet à chacun de sécher tout ce qui a souffert des intempéries.

Des travaux sont entrepris dans l’oued, et tous les gens, touristes ou locaux bloqués dans la ville attendent leur achèvement pour rentrer chez eux !

 

Dernières nouvelles : ce matin, mercredi 3 décembre, au moment d’envoyer ce blog, je vois par la fenêtre que l’oued ne coule presque plus. Toutes les conditions sont donc remplies pour que des travaux d’aménagement d’une piste provisoire s’engagent.

Inch Allah, nous pourrons bientôt passer !

 

PS : "Vendredi 7 novembre, à partir de 9h30, dans toutes les régions, provinces et préfectures du royaume, sur ordre du roi, a fait savoir ministère des Habous et des Affaires islamiques dans un communiqué ce jeudi."

Vendredi 21 novembre : les crues font 40 morts dans la région de Guelmim.

Vendredi 28 novembre : pluies torrentielles, Sidi Ifni coupée du monde, coulées de boues à Tiznit ...

Faut arrêter ce genre de prière les gars !!!

Commenter cet article

lifton 03/12/2014 17:05

Photos impressionantes et dans vos commentaires nous le vivons assez bien.
Bon courage et bonne route Bises

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de la famille, des amis et autres curieux ...