Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 Nov

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Maroc (Automne 2015)

En jaune la dernière étape.

En jaune la dernière étape.

 

Mercredi 4 novembre 2015 :

Après la belle journée d’hier, il est temps de poursuivre notre route. Nous avions prévu d’aller jusqu’à Figuig mais notre ami Mohammed Lahyani, professeur à Bouarfa, prévenu de notre passage insiste pour que nous arrêtions à son collège pour que Nickie y intervienne auprès des enseignants.

Quoi qu’il en soit, le plein fait à Oujda, nous filons plein sud sur une belle route peu fréquentée. Nous verrons plus de troupeaux de moutons que de véhicules !

Très vite nous roulons sur le plateau du Rekkam, une vaste steppe qui s’élève progressivement de 1.000 à 1.500 mètres d’altitude. Tout d’abord assez vert grâce aux pluies récentes, il se désertifie progressivement au fil des kilomètres.

Nous voyons bientôt apparaitre les premières tentes et les grands troupeaux de nomades, les premiers chèches sur la tête des hommes et les effets de mirage sur l’horizon. Bienvenue dans le sud !

La route est très roulante mais assez monotone et offre peu de distractions : seulement deux gros bourgs traversés en 300 kms, et une gare abandonnée car nous suivons l’ancienne ligne de chemin de fer coloniale Mer-Niger qui relie Oujda à Bouarfa (le projet initial était de rejoindre le Niger mais elle n’est jamais allé au-delà de Bouarfa où étaient exploitées des mines de manganèse).

La traversée du Rekkam.
La traversée du Rekkam.
La traversée du Rekkam.
La traversée du Rekkam.

La traversée du Rekkam.

OArrivés à Bouarfa dans l’après-midi, nous y retrouvons un peu plus tard Mohammed et nous installons dans la cour arrière du collège y passer la nuit. Mais avant ça, nous sommes invités chez Mohammed où nous passons la soirée en famille. Khadija sa femme nous a préparé un délicieux couscous … aux champignons ! C’est une spécialité de Bouarfa où à cette époque, s’il pleut, de nombreux champignons sont ramassés sur ces plateaux qui paraissent presque désertiques. A noter qu’en février, on peut aussi trouver des truffes très renommées !

Les champignons ...

Les champignons ...

Nous passons une excellente soirée avec ce couple très sympathique avant de regagner la caravane.

 

L’anecdote du jour : notre arrêt du midi se fait non loin d’une tente de nomades que, bien sûr, je ne peux m’empêcher d’aller photographier. Alors que je règle mon zoom, un nomade sort de la tente, baisse son pantalon … et je dois remettre à plus tard mon cliché !

La tente ... sans le nomade !

La tente ... sans le nomade !

rAvis, enseignes et autres inscriptions : une erreur bien corrigée.

Glisser dans la piscine ou pisser dans la glycine, il faut choisir ! 

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

i

Jeudi 5 novembre 2015 :

Nickie & rendez-vous à 10 heures avec le directeur du collège mais dès 9 heures il vient nous chercher pour prendre le thé. Nous le suivons avec plaisir mais c’est un piège : sa femme a préparé un copieux petit déjeuner local avec pain, huile d’olive, brioche, miel, khobs bech’ham (la « pizza berbère ») … et nous voilà attablé pour un second petit déjeuner.

Le reste de la matinée est libre… Il n’y a pas grand-chose à faire à Bouarfa mais nous avons la chance d’assister au début de la fête nationale célébrant la Marche verte (c’est-à-dire l’occupation par le Maroc du  Sahara Occidental). C’est normalement demain, 6 novembre, mais il y a déjà quelques manifestations à Bouarfa, notamment avec les écoles.

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

eJ’ai aussi le temps de passer chez le barbier qui pour moins d’un euro me rase et me taille la barbe.

Nouvelle petite réunion pour Nickie à 14 heures : comme il y a devant nous trois jours fériés, il est décidé qu’elle interviendra lundi prochain.

Nous reprenons alors notre route vers Figuig située à une centaine de kms. 

Sur la route Bouarfa Figuig

nNous rejoignons l’hôtel camping Figuig qui offre un magnifique point de vue sur la palmeraie. Comme il y a deux ans, nous y trouvons garé un Range Rover immatriculé 85 : notre ami Louis-Marie qui séjourne régulièrement ici depuis quinze ans et connait les environs comme sa poche.

Nous nous installons sous les palmiers et profitons avec délice de la douceur du soir …

 

L’anecdote du jour : hier après-midi j’ai cherché en vain du thé en sachet dans plusieurs épiceries de Bouarfa qui ne possédaient que du thé vert en boite. Comme je faisais part de ce petit problème à Khadija, elle a envoyé son fils demander conseil à l’épicier en-dessous (il y a toujours un épicier proche au Maroc). Il est revenu en nous disant qu’on en trouvait … à la pharmacie !!??.

Muni de ce précieux conseil, je présente ce matin ma demande au pharmacien qui me regarde d’un air bizarre mais m’envoie gentiment au café voisin où effectivement on me sort une boite des précieux sachets. J’en prends quelques-uns et lui demande le prix : c’est cadeau, impossible de lui payer quoique ce soit !

Nous l’avions déjà remarqué il y a deux ans : les gens ici sont réellement d’une gentillesse et d’une générosité incroyable …

 

Avis, enseignes et autres inscriptions :

L’enseigne du volailler.

L’enseigne du volailler.

taVendredi 6 novembre 2015 :

Parfaitement installés au petit camping de l’hôtel Figuig, parmi les palmiers, les oliviers et les mimosas, nous sommes les seuls occupants du camp et l’hôtel ne compte qu’un client, Louis-Marie. D’ici nous dominons toute la palmeraie et, à deux ou trois kilomètres, la frontière algérienne et la ville de Beni Ounif.

Vues de la terrasse de l'Hôtel Figuig.
Vues de la terrasse de l'Hôtel Figuig.
Vues de la terrasse de l'Hôtel Figuig.
Vues de la terrasse de l'Hôtel Figuig.
Vues de la terrasse de l'Hôtel Figuig.

Vues de la terrasse de l'Hôtel Figuig.

lAujourd’hui, tandis que Nickie préfère rester à Figuig se reposer et vaquer à quelques tâches ménagères, je pars avec Louis-Marie distribuer des fournitures dans les écoles nomades environnantes. Nous sommes accompagnés de Brahim Merzouki, un figuigui (habitant de Figuig) très investi dans le développement local.

Nous prenons la jolie piste qui mène à Ich le long du djebel Amour (théâtre du roman de Frison-Roche). En voici quelques images avec notamment le mausolée de Sidi Bahouss, une tente de nomade avec panneau solaire et un "chou-fleur de Bou Hammama", plante typique de la région dont les feuilles si serrées qu'elle est dure comme de la pierre …

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Nous allons jusqu’aux abords du barrage de Sfeissef où nous attendent deux écoles. La première, El Hallouf (« le cochon », car il y a beaucoup de sangliers dans le coin) compte seulement 9 élèves venant des campements environnants, répartis sur trois niveaux. Voici l’école et le logement du maître :

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

La seconde école, El Hamal, située un peu plus loin, accueille 13 élèves sur trois niveaux également.

Nous y prenons le thé puis déjeunons avec l’instituteur, un de ses collègues venu le rejoindre pour le weekend et quelques gars du coin : sardines à l’huile et fromage, bissara (purée de pois chiche) et dattes sont partagés en toute convivialité.

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Ces écoles sont une chance formidable pour les enfants des nomades mais je ne sais s’il faut le plus plaindre ou admirer ces jeunes instituteurs qui vivent dans des conditions extrêmement difficiles. Venus de la ville, ils se retrouvent complètement isolés, sans voiture et dans le plus grand dénuement : une réserve d’eau, un panneau solaire alimentant tant bien que mal une vieille batterie, le premier magasin à 40 kms… Leur seul lien avec le monde est une petite télé 12 volts qui fonctionne un peu quand il y a suffisamment d’électricité !

L'antenne de l'instituteur fixée sur un banc d'écolier renversé !

L'antenne de l'instituteur fixée sur un banc d'écolier renversé !

L’après-midi est déjà bien avancé quand nous reprenons la route du retour en passant par le barrage qui nous offre un spectacle inattendu dans cette région très aride.

 

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Spécialement pour Théodore, le joli spectacle d’un petit troupeau de chameau qui rejoint le campement à la fin de la journée.

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

La nuit est déjà tombée quand nous rejoignons Figuig après cette belle journée qui se termine en beauté : Nickie nous a préparé un bon repas, bien complété par le cubi fourni par Louis-Marie.

 

L’anecdote du jour : près du barrage nous apercevons un âne semi-sauvage qui s’éloigne à notre approche. Mais Brahim tiens à nous le présenter et avec l’aide de son compère marocain finit par l’approcher et le maîtriser. Il devient très docile et nous nous amusons même à le monter. Bon, moi avec mes grandes jambes …

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Avis, enseignes et autres inscriptions : le tableau noir de l’école nous rappelle que nous sommes en l’an 1437 après l’hégire.

5 novembre 2015 = 22 muharram 1437.

5 novembre 2015 = 22 muharram 1437.

L’oiseau du jour : je reprends très temporairement cette ancienne rubrique pour vous présenter l’inévitable compagnon des pistes sahariennes : le traquet à tête blanche, appelé « moula moula » en arabe et « moussaflek » en berbère. Dès que l’on s’arrête au bord d’une piste, ce petit oiseau surgit de nulle part et s’approche, en quête de quelque nourriture, même dans les endroits les plus désertiques.

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Du samedi 7 au mardi 10 novembre 2015 :

Nous nous trouvons tellement bien à Figuig que nous avons décidé d’y prolonger notre séjour. Pour cela nous avons décidé de faire un aller-retour jusqu’à Bouarfa pour que Nickie puisse faire son intervention au collège de Mohammed Lahyani, et de retourner à Figuig le soir.

Pour le reste, nos journées se ressemblent beaucoup et j’ai donc décidé de faire un tir groupé pour ces quatre journées. La vie s’écoule doucement à Figuig, comme dans toutes les oasis sahariennes, et nous avons vite été gagné par la langueur ambiante. Il est temps de vous présenter cette grosse bourgade que nous avons parcourue avec notre « guide » Louis-Marie qui en connait les moindres recoins. Quelques images d'abord avec une traversée de la ville depuis le poste de police, à l'entrée, jusqu'au bout de la rue principale.

 

La ville, qui compte environ 12.500 habitants (les figuiguis comme vous le savez), est située à l’extrême sud-est du Maroc et la route qui y mène s’arrête brutalement à la frontière avec l’Algérie, frontière fermée depuis 1994. Elle est isolée géographiquement car cernée sur trois côté par l’Algérie, mais aussi politiquement car les figuiguis ont toujours été rebelles à toute autorité et en contrepartie un peu délaissés par le pouvoir central. C’est une ville très ancienne composée à l’origine de sept « ksour », chacun entouré de hauts murs autour de sa propre palmeraie. On voit encore de nombreuses traces de ces murs et des tours de guet qui permettaient d’assurer la défense du ksar.

Quelques vues des ksour et des tours de guet.
Quelques vues des ksour et des tours de guet.
Quelques vues des ksour et des tours de guet.
Quelques vues des ksour et des tours de guet.
Quelques vues des ksour et des tours de guet.
Quelques vues des ksour et des tours de guet.
Quelques vues des ksour et des tours de guet.
Quelques vues des ksour et des tours de guet.
Quelques vues des ksour et des tours de guet.

Quelques vues des ksour et des tours de guet.

En effet, les différents ksour se sont livrés quasi en permanence une guerre fratricide dont l’enjeu principal était la captation des sources d’eau nécessaires aux palmeraies. De nombreuses canalisations dont certaines sont souterraines (les foggaras) sont toujours en service aujourd’hui, alimentent de grands bassins et donnent lieu à des répartitions savantes vers les différents jardins.

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

La palmeraie reste la grande richesse de Figuig même si une part non négligeable est désormais en Algérie. Outre quelques 150.000 palmiers, on y trouve beaucoup d’oliviers, d’arbres fruitiers et, à l’étage inférieur, toutes sortes de légumes. Malheureusement la palmeraie est progressivement délaissée comme un peu partout et en s’y promenant on observe des murs écroulés, des jardins abandonnés, des dattes non récoltées…

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Outre les ksour où habitent la plupart des gens, Figuig présente un quartier administratif et une rue principale où sont concentrés la plupart des petits commerces. Par rapport aux autres villes marocaines, il y a peu d’animation : l’activité démarre en fin de matinée et au coucher du soleil chacun rentre chez soi. Très peu de restaurants : pour y manger le soir, il faut commander dans la journée !

Quelques enseignes et boutiques de Figuig
Quelques enseignes et boutiques de Figuig
Quelques enseignes et boutiques de Figuig
Quelques enseignes et boutiques de Figuig
Quelques enseignes et boutiques de Figuig
Quelques enseignes et boutiques de Figuig
Quelques enseignes et boutiques de Figuig

Quelques enseignes et boutiques de Figuig

Cette semi-léthargie (on imagine ce que ça doit être l’été quand il fait très chaud) est en tous cas bien reposante et les figuiguis sont d’une très grande gentillesse. De nombreux habitants nous saluent et, comme beaucoup  vivent ou ont vécu en France, viennent nous parler et s’enquérir de notre bien-être… Un exemple entre autres : Nickie ayant une verrue gênante sur la plante du pied, nous sommes passés au centre de soins pour voir un médecin et obtenir une prescription. Quand nous sommes ressortis, un homme qui passait par là a pris de nos nouvelles et s’est enquis de notre santé : il était inquiet de nous voir sortir de cet établissement !

Un autre exemple avec cet homme à qui nous avons demandé notre chemin et qui nous a d’abord guidé avec son triporteur, puis oralement au changement de direction.

Une visite au mausolée de Sidi Abdelkader ben Mohammed a permis à Nickie de se faire une nouvelle copine, une vieille femme en tenue traditionnelle qui est venue la saluer, lui embrasser les mains et la bénir. Et un descendant du saint homme nous a conté son histoire et quelques légendes le concernant…

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Par ailleurs nous sommes peu sortis de Figuig mais en revenant de Bouarfa nous nous sommes arrêtés à quelques kms dans une superbe petite palmeraie au bord d’oued. Ce dernier ne coule plus mais il y reste quelques mares dans lesquels barbotent poissons et grenouilles…

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.
Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Une dernière anecdote avant de quitter Figuig : elle concerne la voiture des gendarmes qui assurent en permanence le contrôle quelques kms avant l’entrée de la ville.

Certaines mauvaises langues prétendent que la jolie jeep qui est garée devant leur poste … ne possède pas de moteur et qu’elle est là uniquement pour impressionner ! Les gendarmes seraient amenés là et relevés par une autre voiture…

Je n’ai pas pu le vérifier, je constate seulement qu’elle est toujours garée au même endroit…

Maroc 2015 : l'Oriental, Bouarfa et Figuig.

Notre prochaine étape : la vallée du Ziz...

Commenter cet article

Wahid 02/02/2016 14:21

Salut je vous adresse de marie de bouarfa ou émail

touya 11/11/2015 11:30

merci pour ce beau voyage

Mich et jp

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de la famille, des amis et autres curieux ...