Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de notre famille, des amis et de tous les autres curieux ... Le blog relate nos voyages au Maroc, en Mauritanie, au Mali, en Afrique du Sud et en Namibie. En cours, un long séjour dans neuf pays d'Amérique du Sud ...

12 Feb

Esteros del Ibera

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Argentine

Du 30 janvier au  6 février 2019

Après le vent et le froid en Patagonie, nos nouveaux ennemis sont désormais la chaleur et les bêtes qui piquent. Heureusement nous trouvons dans les Esteros del Ibera un petit répit pour ces deux problèmes.
Et un petit paradis au camping du village à Colonia Carlos Pellegrini …

De Cordoba, en deux jours nous passons Santa Fe et Parana sans nous arrêter. La campagne est vraiment inintéressante : une région de culture intensive avec  d’un côté l’herbe qui pousse dans des champs immenses  et de l’autre les vaches, sur des espaces en terre battue, nourries probablement de sojas OGM !

Santa Fé, avec ses buildings, ressemble à une grande ville américaine : trop de chaleur et un intérêt limité, nous faisons l’impasse …
Nous allons nous réfugier au bord du Parana à Villa Urquiza. Nous y trouvons un minimum de fraicheur sur les plages qui bordent le fleuve, et tout juste assez d’énergie, sous la chaleur étouffante,  pour quelques bains et la contemplation des plantes aquatiques qui descendent le courant, des porte containers et des barges qui parcourent lentement ce fleuve majestueux, le plus long d’Amérique après l’Amazone .

 

Le soir le spectacle est assuré par les couchers de soleil propres à ces régions subtropicales …

Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera

 

A nouveau nous reprenons la route, pour Mercedes, petite ville proche de notre but final. Quatre cents kms à nouveau sans grand intérêt, dans des paysages proches des campagnes de chez nous si l’on excepte  les pickups, les palmiers et les perroquets qui apportent une petite touche tropicale. La ville est surtout connue pour abriter le sanctuaire de Gauchito Gil (Cf http://www.yvesetnickie.com/2018/10/pampa-patagonie.html ). Nous y faisons une petite visite par curiosité mais sans nous éterniser car c’est vraiment « la foire à Neuneu », le lieu est très sale et envahi par les baraques minables des marchands de « produits dérivés » !

Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera

 

Un petit mot au passage de Difunta Correa qui dispute la vedette à Gauchito Gil le long des routes argentines et reçoit également beaucoup d’ex-votos. Selon les croyances populaires, cette femme est partie à pied rejoindre son soldat de mari mais est décédée en route. Quand on retrouve son corps quelques jours plus tard, elle allaite encore son enfant qui de ce fait est toujours vivant !
On reconnait facilement au bord des routes les petits sanctuaires qui lui sont dédiés aux amas de bouteilles plastique d’eau minérale qui y sont déposés en souvenir de son histoire …
Voici son sanctuaire « officiel » (Merci Philippe pour les photos).

Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera

 

Par ailleurs Mercedes n’est pas désagréable et présente, autour de la place centrale, quelques beaux bâtiments coloniaux typiques de ces régions …

Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera

 

La piste en terre qui mène à Colonia Carlos Pellegrini nous donne une idée de ce qui nous attend dans la réserve naturelle des Esteros del Ibera : d’énormes lézards, des tatous, un tas d’oiseaux et nos premiers carpinchoss jalonnent le parcours …

 

Le saviez-vous ?

Les Esteros del Ibera, c’est une immense zone humide, la seconde au monde après le Pantanal brésilien.  Sur 12.000 km2 c’est un vaste réseau de marais et d’étangs et une réserve naturelle qui abrite des quantités d’animaux, notamment 350 espèces d’oiseaux, la moitié de celles que l’on peut observer en Argentine.

Parmi tous ces animaux, notre chouchou est le capybara. C’est un animal semi-aquatique aux pieds palmés appelé « carpincho » en espagnol. Il peut faire penser à un sanglier, mais c’est un rongeur et même le plus gros rongeur au monde puisque l’adulte atteint plus d’un mètre de long pour 65 kilos. Très social, il vit en petits groupes, les adultes se relayant pour garder les petits. Il est inoffensif, ne craint pas l’homme, et on s’en approche facilement.

 

Quelques promenades à pied et un tour de bateau avec un guide nous ont permis de voir pas mal d’animaux. Deux sortes de caïmans, très nombreux, des cerfs des marais et beaucoup d’oiseaux … Nous n’avons pas tout vu : le loup à crinière, l’ocelot, le pirhana et bien d’autres nous ont échappé !

Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera

 

Le top : le camping de Carlos Pellegrini est de loin le plus beau que nous ayons vu depuis le début de notre voyage. Dans un cadre verdoyant, au bord de la lagune, de beaux « quinchos » (les abris équipés d’électricité, d’eau et bien sûr de parilla), des sanitaires impeccables et même pas de moustiques !!!
Il est aussi l’occasion de belles rencontres : des voyageurs brésiliens, deux jeunes françaises super que nous dépannons avec notre tente, trois équipages Australiens très sympas en Toyota HZJ comme nous , sans oublier les Argentins, toujours aussi expansifs et accueillants !

Cerise sur le gâteau, la tonte des pelouses est assurée par une famille de carpinchos et se fait donc dans un silence absolu !

Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera

 

Depuis notre emplacement, nous pouvons observer quelques visiteurs en plus des carpinchos : un petit renard gris, un colibri qui niche tout près, un gros lézard …

Esteros del Ibera
Esteros del Ibera

 

Le flop : on le savait pour l’avoir lu dans des blogs de voyageurs, la région est réputée pour ses flics ripoux !
Après plusieurs mois en Argentine, nous avons dû nous faire contrôler une dizaine de fois. Trois fois on nous a demandé nos papiers. Trois fois on nous a salué aimablement, posé quelques questions sur nos provenances et destination et laissé repartir. Les autres arrêts ont été clairement motivés par la curiosité que soulève Trottinette et c’est pour nous dire combien elle est belle et pour nous complimenter que les gendarmes nous ont arrêtés !
Cette fois près de Mercedes le policier de la route attaque bille en tête pour réclamer de l’argent ou à défaut une boisson fraîche ou … n’importe quoi d’autre ; en bref, il voudrait bien un petit cadeau !
Je feins de ne rien comprendre en espagnol, fais l’ahuri et finalement il se lasse et nous laisse passer avec un sourire narquois …
C'est pour le moment notre seule mauvaise expérience des forces de l’ordre.

 

L’anecdote : au chapitre « bêtes qui piquent » nous avons principalement les moustiques et les taons. Mais la pire expérience, je l’ai faite lors d’un arrêt au bord d’une route. Alors que j’allais vérifier une roue, je ressens d’intenses douleurs aux pieds : je viens de marcher sur une fourmilière. Les fourmis sont minuscules mais très nombreuses et piquent terriblement. J’en garderai la trace sous forme de boutons pendant plus d’une semaine …

Esteros del Ibera

 

Nous avions déjà goûté à l’acide formique dans une case au Mali mais avec seulement quelques rares piqûres. Là, j’avais des dizaines de ces saloperies sur les pieds !

 

Le bestiaire : ça ne vous paraitra pas très exotique mais aujourd’hui c’est de la cigale que je parle. Car la cigale qu’on trouve en Argentine est beaucoup plus grosse que sa cousine du Midi de la France. Je ne sais pas si elle est plus prêteuse, mais elle émet au coucher du soleil un bruit strident d’une puissance incroyable. Pour vous dire, nous avons quitté un bivouac un soir en pensant qu’il y avait un générateur ou un transfo à proximité. Ce n’est que quelques jours plus tard, entendant le même bruit, que nous avons trouvé quelqu’un pour nous expliquer son origine …

Esteros del Ibera

 

No comment :

Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera
Esteros del Ibera

 

Et maintenant, en route pour le Paraguay !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de notre famille, des amis et de tous les autres curieux ... Le blog relate nos voyages au Maroc, en Mauritanie, au Mali, en Afrique du Sud et en Namibie. En cours, un long séjour dans neuf pays d'Amérique du Sud ...