Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 Mar

Maroc Mauritanie 2013 : de Rabat à Sidi Ifni.

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Maroc Mauritanie 2013

Mardi 12 février 2013

Tout d'abord un grand merci collectif à tous les amis qui nous envoient des messages d'amitié via le blog et nous accompagnent dans notre voyage.

 

Rabat---Sidi-Ifni.jpg

 

Après avoir bien remercié Josiane et Jean-Paul qui nous réservent à chaque passage un accueil formidable, nous reprenons la route direction Taroudant. La question du moment est : par l'autoroute jusqu'à Agadir ou par le col du Tizi n'test s'il n'est pas enneigé ? Apparemment le col est dégagé mais toute cette neige nous rappelle qu'on est en février et qu'en montagne il ne fait pas chaud... Et si on bousculait le programme ? D'abord descendre au sud et en bord de mer et garder l'Anti Atlas pour le retour ?
Va pour le bord de mer ! Petits coups de fil à Isabelle à Angers et à Malika : la maison de Sidi Ifni nous attend demain, on reste le temps qu'on veut !
Nous dégottons une bonne petite adresse près d'Agadir où la météo annonce 26°. Passé Casablanca le ciel redevient tout bleu et quand on aperçoit vers Marrakech la  neige accumulé sur l'Atlas on se dit qu'on a sûrement fait le bon choix. Confirmation en descendant les derniers contreforts de l'Atlas : plus on perd de l'altitude, plus le thermomètre grimpe. On échange les tennis pour les sandales ...
Nous arrivons vers 16h au Paradis Nomade, charmant petit camp tenu par Roby et sa femme au-dessus d'Agadir, où nous nous installons tranquillement. Optimistes quant à la température nocturne nous délaissons les bungalows pour notre tente de toit : je devrais pouvoir dormir sans mon bonnet de laine.
Après une petite ballade apéritive vers le village voisin, nous dînons d'un délicieux couscous au restau du camp.


Rabat - Agadir : 540 kms

L'anecdote du jour : après les pleins de gazole en France et en Espagne, c'est presque un plaisir de s'arrêter aux pompes marocaines où l'on est servi et surtout de débourser seulement 60 euros pour un plein de 80 litres !



Mercredi 13 février 2013

Finalement la nuit a été fraîche, mais rien de comparable avec celle de Moulay Bousellham : 10° à 7 heures au réveil (enfin, le mien, Nickie plus maligne attend 8h 30 que le soleil ait fait son apparition au-dessus de la montagne). Nous partons tranquillement vers 11 heures sous un doux soleil, objectif : gagner Sidi Ifni par la piste qui longe la côte. Nous quittons vite la route pour Tifnit, la piste et la mer dans le parc naturel de Sous-Massa. L'arrêt de midi se fait près de quelques maisons et grottes de pêcheurs et nous trouvons une bande de curieux oiseaux sur la plage : il s'agit d'ibis chauves, oiseaux migrateurs très rares dont il ne subsiste que quelques spécimens, uniquement dans la région.

024-Aglou_rs.jpg

 

023-Aglou_rs.jpg

 

032-Aglou_rs.jpg
Nous poursuivons notre route dans l'après-midi sur la falaise qui surplombe la mer et les abris des pêcheurs, croisant parfois de grands troupeaux de chèvres et de moutons appartenant à des nomades. La piste est un peu tordue par moment et devient un peu longuette sur la fin mais nous finissons par atteindre Aglou et la route vers 16 heures. La route jusqu'à Sidi Ifni est très belle, baignée par une lumière curieuse du fait d'une brume de mer assez épaisse et du soleil déclinant.
Nous rerouvons assez facilement la maison d'Isabelle et Jean-Yves et Malika, qui fait toujours "l'école" dans leur garage nous en remet les clés. Nous nous installons à l'étage bien content de laisser le 4x4 au repos dans la rue pour quelques jours : nous avons quand même parcouru près de 2.800 kms dans la semaine, soit la distance de Paris à Istambul.

Agadir - Sidi Ifni par la côte : 185 kms.

L'anecdote du jour : au camp ce matin, Roby, le patron entreprend de changer l'ampoule de la lampe extérieure proche de notre tente. Il constate vite que le globe a été noyé dans l'enduit du mur, assurant une isolation certes parfaite, mais problématique pour les réparations. Avant d'appeler un ouvrier pour le desceller il lâche, fataliste ce mot-valise : "Encore une maroc-quinerie !".
Ce qui me donne l'idée d'une nouvelle rubrique ...


Le saviez-vous ?
Le mot "maroquinerie" vient de "Maroc", les artisans marocains étant connu de tous temps pour leur excellence dans le travail du cuir.




Jeudi 14 février 2013


Pas de tente à replier ce matin (malgré des progrès certains, nous sentons bien qu'il est possible de faire plus vite et mieux) et ça tombe bien car Sidi Ifni reçoit par bouffées un vent très chaud venu du Sahara. Il se calmera progressivement dans la journée ce qui nous laissera tout loisir de flâner à la (re)découverte de cette petite ville que nous adorons. Nous ne sommes d'ailleurs pas les seuls puisque au bord de la plage, sous la falaise sur laquelle nous habitons, trois campings (parkings ?) abritent des rangées de camping-cars (200 ? 300?). Le soleil, la mer, la vie pas chère ... on comprend nos amis retraités mais de là à s'entasser comme ça ! Outre ces "brigades grises", on trouve dans la ville pas mal surfeurs babacool européens. Ajoutez les locaux, jeunes branchés et vieux saharaouis et vous voyez le joyeux mélange...

037-Sidi-Ifni_rs.jpg

Après la sieste (ben oui, c'est le sud, il fait chaud), nous repartons en ville pour quelques courses au souk (notamment de magnifiques soles qui feront notre régal au dîner) et une bonne séance de barbier pour moi. J'en ressors avec une peau de bébé. Manifestement la ville est en train de perdre son côté "destroy" et de gros efforts ont été fait au niveau des aménagements et de la propreté. Il reste bien sûr un peu de boulot pour rénover quelques beaux bâtiments coloniaux mais quand on pense que rien de significatif n'avait été fait depuis le départ des espagnols en 1969 ...


043-Sidi-Ifni_rs.jpg  046-Sidi-Ifni_rs.jpg

Aux terrasses, toujours bien garnies, on peut déguster le thé servi avec la menthe et les pierres de sucre ainsi que les m'simines, délicieuses petites crêpes feuilletées.

 

L'anecdote du jour : à Sidi Ifni,les maisons sont construites avec une terrasse, un patio et des ouvertures destinées à garder la fraîcheur. Il y fait bien plus frais que dehors même à cette saison, ce qui fait que nous nous découvrons pour sortir et remettons une petite laine en rentrant !

 

Le saviez-vous ?
Les collectionneurs de timbres connaissent bien les timbres espagnols surchargés "Territoires d'Ifni".
En effet la ville et ses environs ont été territoire espagnol de 1939 à 1969, tout comme les enclaves actuelles de Ceuta et Melilla.
De nombreuses traces de cette occupation subsistent encore dans la ville comme par exemple ces bâtiments et même des noms de rues.

049-Sidi-Ifni_rs.jpg  042 Sidi Ifni rs


Vendredi 15 février 2013

Réveil assez tardif à 9 heures passées et promenade par la plage, l'ancien aérodrome avec retour par la ville. Bien sûr, arrêts café et jus d'orange.
Dans l'après-midi nous reprenons le Toy pour une dizaine de kms jusqu'à la plage de Legzira et sa fameuse arche où nous bullons tranquillement.

051-Sidi-Ifni_rs.jpg  053-Sidi-Ifni_rs.jpg


Le soir, nous allons diner au Nomad, restaurant voisin à la cuisine plus raffinée que la moyenne, où nous nous régalons de soupe de poisson, courbine grillée et pastilla de poulet.
En rentrant nous faisons nos adieux à Malika car nous repartons demain matin assez tôt pour assister au grand marché de Guelmin. Cette petite pause à Sidi Ifni nous a bien reposés et nous sommes prêts à reprendre routes et pistes pour une petite boucle vers l'intérieur avant de retrouver la côte et la route de la Mauritanie.


L'anecdote du jour : en repartant de Legzira une brave dame, employé du petit hôtel local nous demande si on peut la ramener sur Sidi Ifni. Malgré l'absence de siège à l'arrière elle embarque, s'assied sur la roue de secours et roule ma poule !

Le saviez-vous ?
Plusieurs cafés du centre accueillent des joueurs de cartes ; ils jouent avec ce qu'on appelle aux Sables la "vache" ou "aluette", jeu très ancien et aujourd'hui rare comportant des figures très différentes de notre jeu actuel. L'origine en est incertaine mais probablement espagnole. Ce qui expliquerait qu'on le pratique sur les côte françaises de Bordeaux à St Nazaire (importé par les marins espagnols) et à Sidi Ifni, ancienne colonie espagnole pour les mêmes raisons.

Commenter cet article

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de la famille, des amis et autres curieux ...