Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 Mar

Maroc Mauritanie 2013 : le Banc d'Arguin

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Maroc Mauritanie 2013

Mardi 12 mars 2013
La nuit a été parfaite et nous nous levons avec le soleil vers 7 heures. Nous rejoignons le groupe pour rallier Nouakchott où nous arrivons en fin de matinée. Plein de gasoil et quelques courses avant de retrouver l'auberge Sahara, un excellent "tiep bou djenn" et la wifi qui me permet d'envoyer les deux semaines de blog depuis notre précédent passage ici. C'est très long car il y a une soixantaine de photos à passer avec un réseau capricieux et je termine in extremis avant notre départ vers 16 heures. Il fait encore très chaud aujourd'hui et tout le monde est un peu cuit. Heureusement à notre arrivée à Tiwilit, petit village de pêcheurs situé à 80 kms au nord de Nouakchott, nous trouvons un peu de brise de mer rafraîchissante.
Comme toujours sur cette côte, les pêcheurs sont installés dans des cabanes de fortune, mais contrairement au Maroc, ils restent groupés. Ils se déplacent au bout de quelques mois pour trouver de nouveaux lieux de pêche, ce n'est pas la place qui manque sur cette immense plage de plusieurs centaines de kms !

L'anecdote du jour
Le soir venant, nous cherchons un bivouac avec notre compère 4x4. Sidi Mohammed, l'organisateur mauritanien que nous avons retrouvé à Nouakchott, nous propose de le suivre sur la plage pour nous écarter du village. Nous voilà donc derrière sa Mercedes qui roule à moitié dans l'eau pour trouver du sable dur. Il nous trouve un très beau coin près d'une grande carcasse de cétacé et repart par l'intérieur des terres pour rejoindre le camp des camping cars. Malheureusement pour lui, derrière la plage c'est la "sebkha" et il s'enlise dans la fange brune de cet espèce de marais. Les pneus bien dégonflés il repart et fait un grand tour pour  rejoindre la plage plus loin. Pas de chance, il se plante cette fois à quelques mètres du rivage sur un gros pâté de sable. Nous le rejoignons pour le tirer d'affaire et après quelques tentatives il peut repartir dans le noir sur une meilleure piste qu'il nous recommande pour le lendemain. Nous aprendrons le lendemain matin qu'il s'est à nouveau ensablé dans le noir et à du dégonfler complètement ses pneus pour rejoindre à cinq à l'heure le campement...
481-Tiwilit.jpg  483-Tiwilit.jpg

Le saviez-vous ?
De nombreux contrôles sont effectués tout au long des routes par les gendarmes, policiers ou douaniers. Quand ils n'ont pas une petite cabane pour se protéger du soleil, ils utilisent souvent de vieilles caravanes relookées...

479-Sur-la-route.jpg



Mercredi 13 mars 2013
Nuit tranquille avec pour seul bruit la mer toute proche ...
Nous allons ensuite parcourir la plage, magnifique, ramasser quelques coquillages et quelques pièces détachées de baleines ou autres cétacés. Bien sûr, on se contente d'assez petits morceaux !


485-Tiwilit.jpg  486-Tiwilit.jpg

Après un bon bain, nous rejoignons le groupe et le village de pêcheurs. J'aide à remonter un bateau et bien sûr on m'offre encore du poisson en échange, que je refuse car nous ne sommes pas vraiment équipés. Et encore, nous avons trouvé dans la seule "épicerie" du village une bouteille de gaz, hors d'âge mais pleine et à un prix défiant toute concurrence, pour remplacer la nôtre, vide hier soir.

489-Tiwilit.jpg

Après un déjeuner rapide, nous faisons route vers le Banc d'Arguin. A l'entrée du Parc national, nous visitons le tout récent Centre d'interprétation, bien documenté et très intéressant.
Nous quittons ensuite la route pour quelques kms de pistes jusqu'à notre bivouac du soir, sur un reg au milieu de nulle part.

 

L'anecdote du jour
Encore une fois, le vent souffle assez fort et nous fait craindre une nuit agitée. Qu'à celà ne tienne, il y a sur place un vieux camion de l'armée destiné à transporter demain les camping caristes... Une mousse et quelques couvertures par terre et nous voilà installés pour la nuit, relativement à l'abri !

496-Chami.jpg

 


Le saviez-vous ?
L'Etat mauritanien cherche à fixer un peu les nomades et à développer de nouvelles villes. Ainsi près de notre campement, situé exactement entre Nouakchott et Nouhadibou, se construit une ville nouvelle. Proche de l'unique station d'essence, elle sera la seule trace de vie entre ces deux villes distantes de 480 kms, à l'exception de quelques tentes de nomades et de quelques rares groupements de quelques baraques. Pour l'instant pas un habitant dans cet endroit sinistre. Y aura t'il des candidats à ce type de logements ?

 503-Chami.jpg

Jeudi 14 mars 2013
Nous avons bien fait de choisir le camion car le vent a bien soufflé cette nuit. Notre petit déjeûner est agrémenté par le passage de bergers avec leurs chameaux.

501-Chami.jpg  499-Chami.jpg

Puis nous reprenons la piste pour rejoindre la mer au Cap Tafarit près du village d'Arkeiss. Le site est magnifique, regorge d'oiseaux, et a la particularité d'avoir été tout d'abord occupé par un couple de français, Rolande et Freddy, qui y viennent depuis 25 ans et y ont construit une petite maison. Ils ont ensuite été rejoints par quelques pêcheurs mauritaniens. Freddy leur apprend à pêcher et leur fournit encore beaucoup de poisson et les aide pour beaucoup de travaux (actuellement il cimente une cuve à eau). Quelques tentes sont également dressées le long de la plage et louées par les gens du village.
Après un excellent repas de poissons grillés, je rejoins Freddy qui pêche dans l'eau à la pointe du cap.

516-Arkeiss.jpg 

517-Arkeiss.jpg

A peine le temps de ranger ma canne et il faut repartir rapidement car le groupe est déjà en route dans le camion depuis plus d'une heure. Les pistes sont assez particulières ici : on roule la plupart de temps dans des sebkhas plates à l'infini où les passages successifs de véhicules ont dammé quelques pistes qui sont généralement très roulantes. Mais s'en écarter d'un seul mètre peut être fatal : c'est l'embourbement garanti, l'eau remonte dans les traces et il est très difficile d'en sortir. Les seuls reliefs sont constitués de quelques dunes basses et d'amas coquilliers : il y a eu ici, depuis le néolithique, une intense activité de pêche de petits coquillages qui étaient cuits, séchés ou fumés dans de telles quantités que leurs coquilles forment de véritables dunes atteignant jusqu'à 6 mètres de haut sur plusieurs kms.

520-Banc-d-Arguin.jpg

 

521-Banc-d-Arguin.jpg

 

Après quelques errements, nous atteignons le village de Tessot, quelques maisons et une dizaine de lanches (Cf. "Le saviez-vous ?") où se situe notre campement pour deux jours. Arrivés les derniers nous héritons comme chambre d'une tente d'environ 80 m2 destinée normalement aux rassemblements en tous genres.

 

534-Tessot.jpg

Petite promenade sur la grève, bondée de petits crabes et d'oiseaux pendant que grillent mes deux poissons du jour.

522-Banc-d-Arguin.jpg  524-Banc-d-Arguin.jpg

525-Banc-d-Arguin.jpg 530-Banc-d-Arguin.jpg

A mes prises se sont ajoutées celles de pêcheurs locaux et nous faisons une orgie de daurades, bars, sars et autres espèces locales, grillés et accompagnés de riz et de légumes.

L'anecdote du jour
La partie de pêche avec Freddy est passionnante. Il prend le temps de m'initier et j'ai bientôt le bonheur de sortir trois macrobonites à dos rayé de 60 cm qui se défendent comme de beaux diables. Il a un grand respect pour "ces bêtes magnifiques" aux dents redoutables (elles peuvent aisément trancher un bas ligne acier et même couper en deux une "cuillère" en métal.

 Je rapporte deux poissons pour le repas du groupe ce soir et Freddy en laisse environ 60 kgs, sa pêche du matin, dans un grand sac que viendront chercher comme chaque jour les gens du village.


Le saviez-vous ?
Le Parc national du banc d'Arguin a été créé en 1976 pour protéger un environnement unique et ses habitants, les pêcheurs Imraguens qui vivent ici depuis la nuit des temps. C'est un vaste rectangle de 12.000 km2, moitié mer, moitié désert. La partie maritime comporte d'immense vasières et abrite de nombreux oiseaux migrateurs ou résidents. Elle est très poissonneuse et seuls les Imraguens peuvent y pêcher selon leurs méthodes traditionnelles. Ils pêchent au filet, à pied ou à partir de leurs lanches, grosses barques à voile latine, car les moteurs y sont interdits. Lorsque passent les bancs de mulets jaunes, de septembre à janvier, ils s'aident parfois des dauphins qu'ils appellent, pour rabattre les poissons vers leurs filets. Leur pêche est ensuite soit séchée sur place, soit aujourd'hui expédiée par 4x4 vers Nouhadibou.

 

Vendredi 15 mars 2013
Déjeuner de bonne heure ce matin, car nous embarquons pour la journée sur des lanches qui vont nous faire parcourir les paysages de rêve de lagune.

539-Tessot.jpg

 
542-Tessot.jpg
Les jumelles sont de rigueur, car les îles, protégées, sont de merveilleux garde-manger pour les oiseaux. Cormorans géants, spatules, hérons gris, pélicans, flamants... peuplent les lieux. Nous sommes également accommpagnés de dauphins en cours de route et suivons les évolutions d'une raie-guitare!

547-Tessot.jpg551-Tessot.jpg

Nous pique-niquons sur un îlot puis au retour relevons les filets avant de rentrer au campement. Journée paresseuse, rythmée par les thés que nous servent nos marins.
Un petit tour de pêche avant le coucher de soleil sera l'occasion d'ajouter au menu du soir trois belles truites de mer et un bar moucheté.

 554-Tessot.jpg

Nouvelle orgie de poissons avant de nous réunir avec une partie du village (sous notre tente !) pour quelques chants et danses.

L'anecdote du jour
En Mauritanie en général, et chez les Imraguens en particulier, ce sont les femmes qui jouent de la musique et qui chantent. L'instrument principal ce soir est une lessiveuse sur laquelle est tendue une peau de chèvre. Les hommes dansent et paradent devant les femmes, agitant leurs amples boubous en rythme.

Le saviez-vous ?
Il est de tradition chez les pêcheurs Imraguens de toujours faire cadeau de poisson à quiconque en a besoin pour se nourrir. Personne ne meurt de faim au bord de la mer !

 

 

Samedi 16 mars 2013
Nous quittons ce matin le banc d'Arguin pour rentrer sur Nouhadibou, dernière étape de notre séjour en Mauritanie. Première partie par la piste, bien sablonneuse par endroits. Les apprentissages de conduite dans l'Adrar ont porté leurs fruits et le Toy avale gaillardement tous les obstacles.
Au passage nous admirons nos derniers flamants roses qui prennent leur petit déj dans la vasière.

 557-Tessot.jpg
559-Chami-Nouhadibou.jpg 
Nous rejoignons ensuite le "goudron" pour une route de nouveau monotone, avec beaucoup de vent...

 562-Chami-Nouhadibou.jpg
Vu le vent, l'arrêt pique-nique se fait dans la cellule de Jean et Christine, près d'un poste de gendarmerie, dans un petit coin charmant ...

 565-Chami-Nouhadibou.jpg

Enfin nous atteignons la presqu'île de Nouhadibou, et retrouvons la mer et ses couleurs étonnantes.

568-Nouhadibou.jpg
Nous allons tout au bout de la presqu'île où Mauritanie-Aventure a un camp de base sur la mer, près d'un grand hôtel où nous disposons de la wi fi, ce qui va nous permettre d'envoyer un nouvel épisode du blog.

 569-Nouhadibou.jpg

Nous y dînons le soir avec Christine et Jean ; au menu, soupe de légumes, langoustes et fruits, le tout très bon. Après le dîner, nous avons rendez-vous avec un conteur mauritanien qui anime la soirée.

L'anecdote du jour
Alors que nous quittons Tessot, un chacal s'avise de traverser devant nous au triple galop. Il décrit une large courbe avant de disparaitre derrière une petite dune. Nous en avions déjà vu de nombreuses traces car c'est un animal très répandu ici où il est le principal ennemi de l'autre animal emblématique du parc, la gazelle.

Le saviez-vous ?
Au cours de la soirée de contes, nous avons appris que les Mauritaniens ont un personnage de leur tradition orale qui est l'équivalent de notre "Toto"; il s'appelle Joha et est le héros d'aventures aussi ridicules que "les histoires de Toto"!


Commenter cet article

Les Georgin 24/03/2013 18:25

Bon yen a marre. Tout est beau ensoleillé chaleureux farniente rencontres formidables. Bon dieu de retraités qu'ont bossé toute leur vie et qui nous régalent à chaque nouvel envoi de leur blog.
Encore encore et buvez un coup à ma santé car ici c'est tisane bien chaude au coin du feu fin mars
Au plaisir de vous lire. Je voyage avec vous
Lifton

véro&jac 19/03/2013 21:05

Coucou les amis,

Putaingue, que ça a l'air biengue !!!.... vous nous faites rêver, c'est épatant, profitez bien de cette balade, il fait tout "grêle" dans notre anjou...

très grosses bises
véro&jac

André Poupin 18/03/2013 13:20

Salut les Olonnais de la rue du pont....
C'est très sympa de vous accompagner depuis quelques semaines, ne vous pressez pas de rentrer, il fait un temps de Vendée ici, et pas de la bonne saison.
Bises André

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de la famille, des amis et autres curieux ...