Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
05 Nov

Maroc 2015 : la Méditerranée et les Beni Snassen

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Maroc (Automne 2015)

Vendredi 30 octobre 2015 :

La matinée est consacrée à une visite de Tétouan, à 15 kms de Martil. C’est une assez grande ville où l’on passe en quelques dizaines de mètres de la ville « européenne », avec ses grandes artères et ses bâtiments espagnols, à la médina et ses petites ruelles tortueuses. En quelques instants on a l’impression de reculer de plusieurs siècles !

Nous nous y perdons, comme de bien entendu, toujours avec le même plaisir, contemplant les vieilles mosquées, les petites fontaines, les petits bouibouis avec leurs fumeurs de kif et les innombrables boutiques et étalages (on se demande toujours devant la profusion de l’offre s’il n’y a pas plus de marchands que d’acheteurs !). C’est un endroit où il est difficile de prendre des photos alors qu’il y a tant de scènes à saisir mais voici néanmoins quelques images …

 

Quelques vues de Tetouan.
Quelques vues de Tetouan.
Quelques vues de Tetouan.
Quelques vues de Tetouan.
Quelques vues de Tetouan.
Quelques vues de Tetouan.

Quelques vues de Tetouan.

L’après-midi nous faisons une grande promenade à Martil le long de la mer puis en ville avec quelques courses au souk. Nous avons également localisé un restau, « Vitamines de la mer », spécialisé dans le poisson, dans lequel nous nous régalerons le soir d’espadon et de vorace grillés.

 

L’anecdote du jour : quand l’heure du repas arrive nous cherchons à Tétouan un petit restau pour nous poser. Problème : c’est vendredi et c’est l’heure de la prière ! Toutes les portes se ferment et nous en sommes quittes pour rentrer déjeuner au camping…

 

Avis, enseignes et autres inscriptions : l’empreinte espagnole est restée très forte sur Tétouan où la deuxième langue après l’arabe est l’espagnol et non le français. Pour preuve les noms des rues …

Une belle calligraphie.

Une belle calligraphie.

Samedi 31 octobre 2015 :

J’ai oublié de dire que, après le passage à l’heure d’hiver dimanche dernier, jour de notre départ de France, nous avons encore décalé nos montres d’une heure en arrivant au Maroc. Résultat : il fait nuit à 18 heures bien que les journées soient plus longues ici. Mais il fait jour à 6 heures le matin et nous essayons de nous décaler pour nous adapter. Ce matin, lever à 6h 30.

Nous prenons la « Rocade méditerranéenne », route relativement récente qui longe la côte de Tanger à Oujda à la frontière algérienne. Tout le début de la route est assez difficile avec un revêtement déjà dégradé, des virages en permanence et des dénivelés impressionnants. Avec la caravane nous ne dépassons guère les 50 km/h de moyenne et la troisième est plus employée que la cinquième !

Dans la matinée nous nous arrêtons à Oued Laou car c’est jour de marché. Le souk est immense et réunit les habitants de la région autour de toutes les marchandises possibles dans un désordre savamment organisé. On veut nous vendre une chèvre mais finalement, c’est avec un tapis de sol que nous repartons ce qui nous sera plus utile !

La traversée d'Oued Lalou.

Sur le souk d'Oued Lalou. Notre natte en préparation.
Sur le souk d'Oued Lalou. Notre natte en préparation.
Sur le souk d'Oued Lalou. Notre natte en préparation.
Sur le souk d'Oued Lalou. Notre natte en préparation.
Sur le souk d'Oued Lalou. Notre natte en préparation.

Sur le souk d'Oued Lalou. Notre natte en préparation.

Avant le déjeuner nous achetons une douzaine de sardines grillées dans un village de pêcheur et nous allons les déguster un peu plus loin dans la montagne.

La route s’améliore après Cala Iris et nous atteignons Al Hoceima vers 15h 30. Nous y trouvons un lieu de bivouac auprès d’un petit bar croquignolet sur la plage d’Isly. Le gardien nous permet même de nous brancher à l’électricité !

Notre petit tour en ville est assez décevant, nous n’y trouvons guère d’intérêt et revenons vite à la caravane. Il faut dire qu’aujourd’hui, même s’il fait chaud, nous n’avons guère vu le soleil et que ça retire beaucoup de charme aux paysages …

Après quelques discussions hasardeuses dans un mélange de français, espagnol et arabe, nous finissons par diner dans le bar, d’un excellent tagine de poissons. 

Le cadre n'est pas très raffiné mais on est tranquilles

Le cadre n'est pas très raffiné mais on est tranquilles

Ce soir nous dormirons encore bercés par le bruit des vagues…

 

L’anecdote du jour : même si le Maroc est un pays assez développé, le niveau de vie n’est pas celui de la France. Une illustration dans les rues ou sur les marchés où de nombreux produits sont vendus au détail, par exemple les cigarettes à l’unité ou le chocolat au carré !

Dimanche 1er novembre 2015 :

Un dimanche un peu loupé qui se finit bien …

Pas mal de nuages encore ce matin mais la température est très douce quand nous quittons notre petite plage d’Isly. Quelques kms plus loin nous faisons un pèlerinage sur le site de l’ancien Club Med où nous sommes venus en stage tennis … il y a 35 ans ! C’est un peu moins classe aujourd’hui mais l’ilot toujours tenu par les espagnols est toujours là.

Il manque quand même le soleil !
Il manque quand même le soleil !
Il manque quand même le soleil !

Il manque quand même le soleil !

Notre objectif du jour c’est le Cap des Trois Fourches, un endroit magnifique que nous avions découvert trop rapidement il y a deux ans. Nous y arrivons vers 13 h après avoir été bien secoués sur les petites routes de montagne.

Le problème c’est que les nuages noirs s’accumulent au-dessus de notre tête et que le vent ne cesse de forcir. Nous pouvons à peine marcher dehors et dans la caravane, où nous avons trouvé refuge pour manger, nous sommes ballotés par les rafales. 

Le cap des Trois Fourches et son phare.
Le cap des Trois Fourches et son phare.
Le cap des Trois Fourches et son phare.

Le cap des Trois Fourches et son phare.

Le coin est moins idyllique que prévu et le bivouac nous parait hors de question donc il faut battre en retraite malgré la perspective de reprendre une route pénible !

Nous brûlons donc les étapes et rejoignons directement les Monts des Bni Snassen, à l'intérieur des terres, où le temps est un peu plus clément. Comme il y a deux ans nous installons la caravane près de Raid Oriental, un superbe gîte isolé en pleine brousse où nous retrouvons le confort et prenons notre repas du soir. Mais au total, à cause d’un temps médiocre, nous aurons un peu loupé les étapes méditerranéennes qui nous avaient laissé de si bons souvenirs. Quand nous nous couchons, alors qu’une petite pluie fait son apparition, nous voyons l’orage éclater vers la côte : on a sans doute bien fait de déménager !

 

L’anecdote du jour : le petit détour Club Med du matin nous a fait manquer la station-service d’Al Hoceima ce que nous allons bientôt regretter. Pas une station en vue et l’aiguille descend, descend ! Nous nous renseignons auprès d’un barrage de gendarmes. Il n’y a que deux solutions : retourner à Al Hoceima ou tenter de rejoindre Nador à 65 kms. Il regarde ma jauge et me donne sa réponse : « Tu peux le faire ! Tu vas le faire ! Tu conduis à la marocaine : il y a des descentes, tu te mets au point mort ! ».

Je me range à son avis… Quelques kms plus loin je fais une pause dans un petit bar, expose mon problème … et dix minutes plus tard un gars à Mobylette m’apporte 5 litres de gasole. C’est ça le Maroc !!!

Seul dommage collatéral, nous sommes obligés de faire le détour par Nador pour le plein et devons traverser une énorme agglo avant de retrouver la petite route du Cap des Trois Fourches.

 

Avis, enseignes et autres inscriptions : un peu partout dans la région on trouve des marchands ambulants proposant des marrons grillés et aussi des escargots.

Les escargos.

Les escargos.

Lundi 2 novembre 2015 :

Il a plu toute la nuit et ce matin … il pleut ! Une sorte de petit crachin breton très froid (c’est ballot d’avoir fait tant de kms, on aurait pu passer novembre dans les Côtes d’Armor).

La seule activité notable du matin consistera à aller patauger à Tafoghalt, le village voisin, où nous prenons un café (servi avec de la cannelle) et achetons du pain.

C’est un temps à sieste, d’autant qu’il fait tout juste 15° dans la caravane.

Après la sieste … il pleut ! Mais ça s’éclaircit un peu et nous partons nous promener et chercher deux geocaches. Les geocaches ont disparu mais la pluie a cessé et nous faisons un bon tour à pied, puis en 4x4 sur les pistes du coin histoire de barbouiller un peu le Toy de gadoue.

Des palmiers, des agaves et un anorak. Cherchez l'erreur !
Des palmiers, des agaves et un anorak. Cherchez l'erreur !
Des palmiers, des agaves et un anorak. Cherchez l'erreur !

Des palmiers, des agaves et un anorak. Cherchez l'erreur !

 A notre retour, le soleil parait un peu avant de tomber derrière les montagnes et embrase le ciel pour un superbe spectacle, bien réconfortant après cette journée un peu  merdique ….

Le soleil revient !
Le soleil revient !
Le soleil revient !
Le soleil revient !

Le soleil revient !

Mais quand nous retournons à la caravane après le diner au gîte, il y fait 10°.

Contents d’avoir un petit chauffage et de bénéficier de l'accueil formidable du Raid Oriental : de bonnes douches chaudes, d'excellents diners et la gentillesse de Mateo, Lotfi et Siham.

Demain il fera meilleur Inch Allah !

 

L’anecdote du jour : à plusieurs reprises, le long des routes nous avons vu des marchands proposant de grands sacs de glands. Pourquoi des glands ? Sûrement pas pour donner aux cochons !

La réponse est venue ce soir quand Mateo nous en a mis à griller dans la cheminée. En fait c'est aussi bon que les chataignes (ceux du Maroc en tous cas).

Avis, enseignes et autres inscriptions : au-dessus du bar au Raid Oriental ...

Maroc 2015 : la Méditerranée et les Beni Snassen

Mardi 3 novembre 2015 :

Au réveil tout est au « grand beau fixe » : le moral et la météo. Pas un nuage dans le ciel et le soleil qui nous réchauffe doucement.

Notre campement ce matin au réveil.

Notre campement ce matin au réveil.

Raid Oriental d'un peu plus loin. Cherchez la caravane !

Raid Oriental d'un peu plus loin. Cherchez la caravane !

Nous partons pour une virée en 4x4 sur les pistes de montagne à l’ouest de Tafoghalt. Les paysages sont magnifiques et on roule parmi les oliviers sauvages, les thuyas, les pins d’Alep … et par endroits de surprenantes colchiques.

Quelques images de la virée du jour.

A travers la montagne.
A travers la montagne.

A travers la montagne.

Pique-nique au soleil, au sommet d’un petit col, à 1.000 mètres. Devant : un ancien fortin français du temps du protectorat. Au fond : la mer, les iles Chafarines (propriété de l’Espagne) . A droite : l’Algérie.

Le pied !

Le pique-nique et l'ancien fortin.
Le pique-nique et l'ancien fortin.

Le pique-nique et l'ancien fortin.

Nous ne croisons pratiquement personne excepté une femme et ses enfants à un puits et quelques cueilleurs d’olives.

Cueillette des olives.

Cueillette des olives.

L’anecdote du jour : sur le piste qui mène au gîte j’aperçois de loin un véhicule qui me semble surmonté d’une tente de toit. Bizarre en cet endroit …

En fait il s’agit d’une camionnette transportant du bois qui, pluie oblige, a été protégé par une grande natte. On voit de ces chargements ici !

La pseudo tente de toit.

La pseudo tente de toit.

Avis, enseignes et autres inscriptions : en pleine montagne une petite école. Sur le mur, sont peints les emplacements destinés à l’affichage pour les élections de septembre dernier.

Je doute qu’une affiche soit jamais venue jusque-là !

Les panneaux électoraux.

Les panneaux électoraux.

Demain nous reprenons la route vers l’extrême sud-est du Maroc, Figuig, ou peut-être Bouarfa car notre ami Mohammed Lahyani semble avoir des projets pour nous !

Mais ce sera l’objet d’un prochain chapitre …

Commenter cet article

THIBAUDEAU Mireille 12/11/2015 18:28

Bonjour les Marocéens,
C'est toujours avec un immense plaisir que nous suivons votre promenade à travers le Maroc.
Merci pour ce beau voyage.
Bises Mireille la cousine lointaine

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de la famille, des amis et autres curieux ...