Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de notre famille, des amis et de tous les autres curieux ... Le blog relate nos voyages au Maroc, en Mauritanie, au Mali, en Afrique du Sud et en Namibie. En cours, un long séjour dans neuf pays d'Amérique du Sud ...

02 Apr

Le cañon de Chicamocha

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Colombie

 

 

 

Mars 2021 

"Un fil d'argent par une nuit de pleine lune dans les montagnes"

C’est parait-il la signification du nom Chicamocha dans le langage des indiens guanes, premiers occupants de cette partie du Santander. Je soupçonne l’office de tourisme local d’avoir un peu embelli la chose mais c’est incontestablement une image poétique parfaite pour ce rio qui a creusé pendant des millénaires un cañon véritablement impressionnant (il est plus profond que le Grand Colorado).

Notre séjour tant en haut qu’en bas du cañon restera en tous cas dans les meilleurs souvenirs de ce voyage ...

Fidèles à notre politique dite « de l’escargot », nous agrémentons le trajet Barichara – Chicamocha par un détour à Curiti. Encore un charmant petit village colombien où il fait bon flâner autour du « parque ». Dans l’église, on a préparé les statues pour les défilés de la Semana Santa qui, malheureusement, n’auront pas lieu cette année pour cause de pandémie …

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Certes la décoration du « parque » est d’un goût douteux …

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Mais c’est pour son « balneario » que Curiti est réputé. Il y a partout dans le pays de ces bords de rivière plus ou moins aménagés où les colombiens vont se rafraichir le week-end.  Pas de chance pour nous, des travaux d’aménagement sont en cours et de plus le temps n’appelle pas de façon irrésistible à la baignade. Nous filons donc rapidement vers le cañon.

La route qui le domine nous offre une première approche très impressionnante jusqu’à l’arrivée à notre halte en pleine montagne.

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Nous posons Trottinette pour deux jours sur la terrasse d’un de ces « campings » à la colombienne, à savoir un bout de jardin que le propriétaire met à la disposition des touristes pour une somme modique. Ici nous avons l’option « luxe » : une vue à couper le souffle, de la wifi, des toilettes et même un branchement électrique. Il ne nous manque qu’une douche chaude mais ça c’est rarissime, la plupart des colombiens se contentent de douches froides même chez eux …

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

A côté une petite école pour les enfants des maisons environnantes et son terrain de basket …

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Les promenades à pied nous amènent à de saisissants points de vue sur la route, les fincas et le rio en contrebas …

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

… mais aussi à un terrain d’où partent des parapentes. Nous assistons au départ de deux vols. Evidemment, ça fait rêver et je ne résiste pas longtemps à la tentation …
Un bref marchandage sur le prix et je suis partant pour le vol suivant !

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

C’est ma première expérience du genre et j’ai trouvé ça génial de m’élever ainsi comme un oiseau même si par moment ça secoue dans les turbulences. Je suis un peu vert à l’arrivée mais prêt à repartir à la première occasion !

Le lendemain nous descendons de notre promontoire pour rejoindre le petit village de Cepita.

Une des plus belles routes de notre voyage !

Une dégringolade de plus de 1.000 mètres d’altitude parmi la rocaille et les « cardones » en évitant de trop regarder vers le bas, vous comprendrez pourquoi en visionnant la vidéo …

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Le village est niché au fond du cañon dans un cadre verdoyant et nous sommes accueillis par la police … qui nous fait de façon très sympathique la promotion du village comme l’aurait fait un syndicat d’initiative, et nous assure que nous y serons en toute sécurité.

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Nous déjeunons au petit restau du village et le patron nous propose la spécialité locale : « cabrito con patacones y pepitoria ». Du chevreau avec des bananes frites, super ! Quant à la pepitoria nous découvrons ce que c’est avec plus ou moins de bonheur : en fait ce sont tous les abats du chevreau hachés et servis dans du riz. En résumé, on va dire que c’est « goutû » !

C’est pour notre budget un petit extra par rapport aux autres jours : 11 euros les deux repas !

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Il fait très chaud au fond du cañon mais miracle, il y a au bout du village une piscine magnifique alimentée par une source descendant de la montagne. Nous y passons une bonne partie de l’après-midi …

Le cañon de Chicamocha

 

Question logement c’est simple : nous dormons sur la place centrale auprès d’un ceiba magnifique. Le ceiba, l’arbre sacré des Mayas, est de la famille du baobab et du fromager. Déjà majestueux dans la journée, il est éclairé la nuit d’un beau vert fluo …

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Après avoir bien arpenté le village, nous remontons la piste en lacets, toujours aussi belle, pour rejoindre la route principale qui descend dans le cañon un peu plus loin.

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

Le reste de la journée est à oublier !

Pour débuter, pour cause de travaux et de bouchons, il nous faut 3 heures et demi pour parcourir les 60 kilomètres qui nous séparent de la banlieue de Bucaramanga. Ensuite, estimant avoir suffisamment roulé, nous nous arrêtons pour la soirée et la nuit à un point Ioverlander comme nous le faisons souvent. C’est dans une ferme, mais située à quelques centaines de mètres de la rocade et d’immeubles de la périphérie de Bucaramanga. Nous y recevons, c’est exceptionnel, un accueil assez froid et on nous parque dans un bout de pré avec les vaches … et leurs bouses.
Notre seule distraction, si on peut le considérer ainsi : marcher jusqu’à la grande surface du coin pour quelques courses (notre premier supermarché depuis deux mois).

Et pour compléter le tableau, il pleut toute la soirée !

 

Le saviez-vous ?

La Colombie, deux fois grande comme la France, a multiplié sa population par douze en un siècle pour atteindre aujourd’hui environ 50 millions d’habitants. La répartition en est très inégale : certaines régions sont peu peuplées, notamment la partie amazonienne et la côte pacifique. Par contre on dénombre sept villes de plus d’un million d’habitants, à commencer par Bogota qui a dépassé les neuf millions !

Nous essayons d’éviter les grandes villes au maximum mais, même en passant au large, Bucaramanga comme Bogota étendent leurs difficultés de circulation à des kilomètres à la ronde.

 

Le top : pour le petit déjeuner, nous avons adopté les fruits frais et chaque matin nous dégustons un mélange de papaye, mangue, ananas, banane, pitaya, pastèque … Nous ne sommes pas tout à fait convertis à la mode colombienne qui voudrait que l’on continue par des œufs avec le café. Pour l’instant on reste dans le style classique français, pain maison-beurre-confiture …

 

Le flop : petite déception en arrivant, le parc du cañon est fermé ! En ce moment, il n’ouvre que le weekend. D’un côté nous manquons une superbe balade en téléphérique, mais de l’autre nous économisons des billets d’entrée très onéreux (le parc propose des attractions comme patinoire, saut à l’élastique etc … qui ne nous intéressent guère).

Le cañon de Chicamocha

 

L’anecdote : pour compléter notre soirée merdique à la ferme, le fils de la maison, sur ma demande, me propose une douche, la sienne. C’est sympa mais il ne doit pas se laver souvent : le tuyau de douche (il n’y a pas de pomme mais ça c’est habituel) est plein de toiles d’araignées, et surtout un chien est passé avant moi faire ses besoins dans le bac !

 

Le bestiaire : une version ovine de l’Highlands cow à Cepita !

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

No comment :

Le cañon de Chicamocha
Le cañon de Chicamocha

 

PS : pour être averti des prochains articles, cliquez simplement sur "Newsletter" dans la page de garde. Un mail vous sera adressé pour vous prévenir de chaque nouvelle publication !

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Viking bateaux 22/04/2021 11:04

Impressionnant, toutes ces photos donnent vraiment envie de se détendre un peu dans un tel endroit, calme et paisible. C'est dommage que vous ayez quelques mésaventures.

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de notre famille, des amis et de tous les autres curieux ... Le blog relate nos voyages au Maroc, en Mauritanie, au Mali, en Afrique du Sud et en Namibie. En cours, un long séjour dans neuf pays d'Amérique du Sud ...