Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Apr

Maroc 2013 - 2014 : de Figuig à la vallée du Ziz

Publié par yvesetnickie.over-blog.com  - Catégories :  #Maroc & Mauritanie (2013-2014)

Maroc 2013 - 2014 : de Figuig à la vallée du Ziz

Figuig---Ziz.jpg

 

Lundi 11 novembre 2013 :
Ce matin nous quittons à regret notre ami Louis-Marie et la région de Figuig où nous serions restés volontiers un peu plus longtemps. Mais Nickie a promis à Mohammed d'assister à l'un de ses cours au collège de Bou Arfa, pour lui prodiquer quelques conseils en pédagogie et didactique. Nous arrivons au collège à 11 heures comme prévu et je fais quelques courses pendant que Nickie officie. Elle assiste à un cours et prévoit de faire un rapport détaillé avec des conseils pour Mohamed. Il a en effet une licence en littérature française, mais pas de formation spécifique pour l'enseignement au collège.
222 Bou Arfa
Après le cours nous rejoignons tous les trois l'autre Mohammed, celui de Ich, pour un déjeuner très sympa dans un petit restau (salades, foies de volailles, haricots, un poulet entier rôti et un plat de frites : 10 euros pour nous quatre !).
A 13 heures 30 nous filons à quelques kms de là dans la petite école pour nomades où Mohammed a, par choix, son poste d'instituteur. La petite classe, très rustique, a été construite par les parents,elle est en pierre, sans fenêtre et il y fait certainement bien chaud l'été et bien froid l'hiver.
 223 Bou Arfa
En compagnie de Mohamed nous voyons arriver les petits élèves (classe de CP) de toutes les tentes et baraques construites par les nomades près de l'école pour que leurs enfants puissent être scolarisés, les familles restant sédentaires même quand les hommes nomadisent avec leurs troupeaux. Ils sont propres comme des sous neufs et s'installent, bien sages, dans la classe qui pourrait être sinistre sans les initiatives de Mohamed qui l'a décorée de dessins et couvertures de livres colorées ! Pour ce travail en primaire, Mohammed est payé par l'état marocain car c'est un enseignant diplômé et qualifié. Nous sommes émus de le voir avec ces petits élèves si démunis...
 227 Bou Arfa
 226--Bou-Arfa.jpg
225--Bou-Arfa.jpg    229--Bou-Arfa.jpg
C'est une classe de CP et les enfants découvrent l'écriture. Nous distribuons des crayons et des bonbons puis prenons congé de Mohammed qui, comme nous, a la larme à l'oeil : nous avons passé de si bons moments ensemble !
Nous prenons la route vers Bou Denib, 200 kms plus loin, où l'on nous a signalé un nouveau camping. La route, rectiligne, traverse un infâme reg pierreux et presque nu mais elle est bonne, quasi déserte, et nous roulons à 110 kms/heure.
En fait nous ne trouvons pas le camp car il n'est probablement pas prêt à ouvrir et comme nous sommes un peu assaillis de conseils plus ou moins farfelus ou intéressés par la population locale, nous filons vers ce qui devait être notre étape de demain, 80 kms plus loin dans la vallée du Ziz. Nous avions oublié dans le Maroc Oriental, préservé jusqu'à ce jour, comment les marocains sont parfois collants avec les touristes...
Notre choix semble bon car nous arrivons à la nuit, dans un endroit apparemment superbe, et en tous cas avec un accueil très chaleureux d'Ali, qui nous offre le thé et une grosse grenade (le fruit bien sûr). A suivre demain pour une description plus ample des lieux...


Le saviez-vous ? A Figuig, la plupart des femmes mariées sortent couvertes d'un grand voile blanc qui les enveloppe de la tête aux pieds et qu'elles tirent sur leur visage quand elles croisent quelqu'un, ne laissant voir qu'un oeil. Rien à voir avec une burqa et la religion, c'est simplement une tradition vestimentaire locale, qui commence d'ailleurs à disparaître. Pour des raisons évidentes je n'ai pas pris de photos...


L'anecdote du jour : sauf que, en regardant ce soir des photos prises en 1978 à Gardhaïa, je retrouve une copie conforme de ce que j'aurais pu photographier à Figuig !
104-Sahara.jpg


Figuig - Aoufouss : 370 kms.



Mardi 12 novembre 2013 :
Ce matin nous découvrons le cadre dans lequel nous pensons rester quelques jours : la profonde vallée entaillée par le Ziz dans le plateau que nous avons traversé hier.
 249--Oulad-Chaker.jpg
 232--Oulad-Chaker.jpg
A l'exception de la route et d'une, parfois deux, rangées de maison, cette vallée est entièrement occupée par le Ziz et la palmeraie. Rassasiés de voiture hier, nous consacrons la journée à la lecture et à quelques promenades aux alentours.
La récolte des dattes bat son plein ici et nous pouvons observer la cueillette, le tri et le transport...
 251--Oulad-Chaker.jpg
 240--Oulad-Chaker.jpg
 242--Oulad-Chaker.jpg

        Parfois la mobylette remplace l'âne !


Nous terminons la soirée par un bon tagine kefta préparé par la femme du patron du camping avant de nous ramasser dans la caravane car ici il fait frais dès que le soleil est couché : 7° ce matin et 12° ce soir. Pour la première fois nous mettons même un peu de chauffage. Quel luxe !


L'anecdote du jour : "Tout, tout, tout, vous saurez tout sur le zizi !" chantait Pierre Perret. Il aurait dû venir ici car si à Marrakech vivent les marrakchis, à Figuig les figuiguis, dans la vallée du Ziz ...vivent les zizis !!!



Mercredi 13 novembre 2013 :
Comme chaque matin, le spectacle de la palmeraie qui s'éveille : d'abord les petits oiseaux, le soleil qui vient caresser la tête des palmiers, puis, se rendant dans leurs jardins, les femmes sur leurs petits ânes, les hommes souvent à mobylette et vers 8 heures les enfants qui gagnent l'école à pied ou à vélo.
Principale activité de la matinée : aller au village voisin, Aoufouss, chercher Rachid le menuisier et lui demander une transformation de notre lit que nous pensons pouvoir améliorer. Nous faisons affaire, il viendra vendredi ce qui nous donne un bon alibi pour rester ici.
Nous allons ensuite faire quelques emplettes à Errachidia, la grande ville voisine.
 253-Errachidia.jpg        Les étals sont parfois magnifiques !


Après y avoir déjeuné, nous poursuivons un peu notre route vers les gorges du Ziz, ses palmeraies et ses vieux ksour.
 254--Gorge-du-Ziz.jpg
 257--Gorge-du-Ziz.jpg
Au retour vers notre camp, nous percevons clairement du haut du plateau ce que notre arrivée nocturne nous avait fait manquer : l'étonnant contraste entre le plateau pierreux, presque nu, qui couvre la région et soudain la palmeraie, mer de palmiers et de jardins verdoyants qui tapisse la profonde entaille creusée par le Ziz au fil des millénaires. Grâce à d'ingénieux systèmes d'irrigations élaborés au fil des siècles l'eau y coule toute l'année.
261--Oulad-Chaker.jpg
 262--Oulad-Chaker.jpg
Dans d'autres proportions, c'est la vallée du Nil !


L'anecdote du jour : nous voyant revenir avec nos sacs de courses d'Errachidia, le gardien du camping nous demande pourquoi nous ne sommes pas allés au petit Marjane. Nous comprenons qu'il désigne ainsi la petite boutique du village qui effectivement, nous le verrons plus tard, peut être considérée comme une grande surface par rapport à la plupart de celles que nous trouvons habituellement dans les villages... Il faut savoir que les "Marjane" sont au Maroc ce que les "Carrefour" sont à la France !
265-Oulad-Chaker.jpg

 

Jeudi 14 novembre 2013 :
Petit coup de chauffage avant de se lever (il suffit de tendre le bras depuis le lit) : après vérification, il fait seulement 5° dehors.
Ce matin nous partons marcher avec nos voisins (uniques jusque là) de camping qui passent ici 6 mois de l'année. Après avoir longé et traversé la palmeraie et le Ziz, nous grimpons dans un lit d'oued pour atteindre par des sentiers de chèvres le sommet du plateau.
 269-Oulad-Chaker.jpg
 270-Oulad-Chaker.jpg
L'arrêt de midi se fait dans un ensemble de grottes aménagées par les bergers à flanc de montagne car le soleil tape fort.
 268-Oulad-Chaker.jpg
Nous rentrons vers 16 heures à travers la palmeraie après nous être bien dégourdi les jambes (11,5 km quand même avec quelques grimpettes dans les caillasses!).


L'anecdote du jour : le début de notre promenade passant devant le "petit Marjane", nous faisons mettre de côté et payons quelques pains que nous pensons prendre ce soir au retour. Au retour la boutique est fermée. Nous retournons un peu plus tard, toujours fermée ... Après enquête auprès des voisins, l'épicier aurait un décès dans sa famille, ce qui signifie qu'il est probablement fermé pour trois jours !
Comme tout s'arrange toujours ici, Hassan, le gérant du camping nous apporte dans la soirée un pain auquel il ajoute deux délicieuses crêpes "mille trous".



Vendredi 15 novembre 2013 :
Matinée tranquille, lecture et bavardages divers avec les autres occupants du camping (nous sommes désormais 4 couples : deux français, un allemand et un italo-germanique).
A midi, Rachid, le menuisier, arrive pour notre lit. Il a tout préparé, travaille très bien et à 14h 30 nous avons un nouveau lit impeccable.
Je pars ensuite en ballade sur le plateau en face du camping avec nos voisins français. Nous redescendons au niveau du village suivant où se déroule un grand match de foot devant quatre spectateurs (plus nous !).
 278-Oulad-Chaker.jpg
Rien d'autre aujourd'hui sinon la programmation pour demain d'une journée de visite du coin, guidée par le patron du camping, Hassan, à laquelle nous convions le jeune couple italo-germanique.
Une journée bien tranquille donc dans ce petit camp où nous nous sentons vraiment bien. Les gens sont super gentils et le cadre est superbe, y compris la nuit !
 279-Oulad-Chaker.jpg

L'anecdote du jour : impossible de se promener dans le village ou la palmeraie sans qu'on nous offre des pleines poignées de dattes. Nous devons sans cesse en refuser au risque de décevoir les gens ! Pourtant certaines, les "royales", grosses et translucides, fondent dans la bouche ... un régal.



Samedi 16 novembre 2013 :
Comme prévu, nous partons vers 9h avec Bianca, Matteo et notre guide Hassan. Journée formidable au cours de laquelle nous découvrons dans la matinée une kasbah (très grande maison fortifiée), un geyser en plein désert, un ancien fort de la légion étrangère française dans son cadre majestueux et un ancien palais royal assez ruiné. Hassan se montre un guide précieux et est vite bombardé de questions dans un curieux mélange de langues, nos jeunes compagnons étant l'une allemande, l'autre italien, et communiquant entre eux en espagnol !
 283-Oulad-Chaker.jpg  295-Oulad-Chaker.jpg293-Oulad-Chaker.jpg
 
Lors d'une halte dans une palmeraie, nous rencontrons une femme berbère sur son âne qui nous invite à prendre le thé. L'occasion d'emprunter les sombres ruelles de son ksar et d'assister à la cuisson du pain traditionnel.
 289-Oulad-Chaker.jpg
 290-Oulad-Chaker.jpg

 

Comme elle est extrêmement déçue que nous ne restions pas manger, nous lui promettons de revenir demain pour un couscous !

Un autre couscous nous attend en effet un peu plus loin dans un autre ksar,chez Mato, prévu celui-là, après une promenade étonnante dans le vieux ksar où elle habite.
299-Oulad-Chaker.jpg301-Oulad-Chaker.jpg
Là aussi un accueil formidable et un excellent repas.
Nous retraversons ensuite le Ziz et partons sur le reg à la recherche de quelques dunes pour le folklore et surtout de nomades auxquels Hassan a coutume de rendre visite. Après quelques kms de pistes et de hors piste, nous trouvons leur tente.
 307-Oulad-Chaker.jpg
Là c'est vraiment le choc car cette famille vit dans des conditions misérables, dans le plus grand dénuement. Néanmoins ils montrent beaucoup de dignité,nous offrent le traditionnel thé ; grâce à l'entremise de Hassan nous pouvons mieux comprendre leur mode de vie et échanger un peu avec eux. Leur vie d'éleveurs nomades est de plus en plus difficile en raison de la sécheresse ... Ils sont sans doute appelés à disparaître ainsi que leur mode de vie. Nous ressentons une forte émotion devant ce que Hassan appelle "la face cachée du Maroc"!
 311-Oulad-Chaker.jpg
313-Oulad-Chaker.jpg
 314-Oulad-Chaker.jpg
 320-Oulad-Chaker.jpg
Après la cérémonie du thé nous leur laissons des vêtements pour les enfants (merci aux généreux donateurs!) qui seront les bienvenus étant donné leur misère, et nous arrangeons avec Hassan pour qu'il leur porte dans les prochains jours un sac de farine. De retour au camp nous savourons l'environnement verdoyant de la palmeraie et le luxe extraordinaire de notre petite caravane !

L'anecdote du jour : deux preuves parmi d'autres de la débrouillardise et de l'ingéniosité des marocains ...
 297-Oulad-Chaker.jpg
Le marchand d'eau et son "frigo" : des poteries recouvertes de tissu humide qui, exposées au soleil reproduisent le système du réfrigérateur (ça marche super bien !).
 298-Oulad-Chaker.jpg
L'antenne de télévision qui permet de recevoir les deux principales chaînes marocaines.

 

Envoyé de Merzouga le 18/11/2013

Commenter cet article

KLEIN Bernadette 01/10/2014 15:53

Rien que de regarder ,j'ai envie de partir,je cherche de la doc....sur cette région que nous projetons de visiter avec un groupe qui aime les sorties,la nature, la vraie vie des gens de là -bas.Je ne commente pas mais ,beaucoup de saveur à lire et miam-miam pour les repas,le pain, les dattes le thé,ect....

yvesetnickie.over-blog.com 01/10/2014 21:43

Bonsoir Bernadette,

merci de vos commentaires et très contents si on a pu augmenter votre envie de visiter ce coin de Maroc. Je n'ai pas de conseils particuliers concernant la doc sur la région, les guides habituels et surtout Internet sont des sources très intéressantes. Mais si vous passez par Tissirt, Hassan est un guide très sérieux et tout à fait recommandable !
Bon voyage et ... racontez nous votre périple !

Thibaudeau 21/11/2013 19:44

Petits veinards, manger des dattes fraîches !! Rien que d'y penser, j'en salive de plaisir.
Bonne route - Bises
Mireille

L'Avo7 18/11/2013 18:50

Hi les explorateurs. Merci pour ce nouvel épisode. Jolies photos, comme d'hab.
je note que les habitants de Ziz sont des Zizis... J'espère que devant Nikie, ils ne se sont pas trop montrés...

À propos

Récits de voyages à l'usage de nos petits enfants, de la famille, des amis et autres curieux ...